Rosie la riveteuse

Rosie la riveteuse

Qui était Rosie la riveteuse ?

Nous employons le passé car Rosie la riveteuse n’est plus. En effet elle est décédée le 20 Janvier 2018 à l’âge de 96 ans à Longview (USA).
Son vrai nom était Naomi Parker Fraley.

Pourquoi Rosie la riveteuse fut-elle célèbre ?

A la demande de Westinghouse Electric, J. Howard Miller a créé une affiche en 1942.
Elle représentait une femme avec un bandeau rouge à pois noué dans les cheveux, des manches retroussées et un biceps contracté. Le slogan était « We Can Do It » (« nous pouvons le faire »).
Elle fut collée sur les murs de l’usine en 1942 pendant quelques semaines. Elle avait pour but de montrer que les femmes étaient capables de tenir des postes dans les usines. Mais le vrai but de cette affiche était de lutter contre l’absentéisme et les grèves au sein de cette grande entreprise de production énergétique.

Rosie la riveteuse
Naomi Parker « Rosie La riveteuse » en mars 1942 à la base aéronavale d’Alameda en Californie

Ensuite elle est tombée dans l’oubli. En effet elle n’avait pas vocation à être largement diffusée. Mais, dans les années 80, l’illustration est devenue un symbole pour la lutte féministe. Depuis, elle est entrée dans la culture populaire. En effet elle symbolise les six millions de femmes qui travaillèrent dans l’industrie de l’armement pendant la seconde guerre mondiale. Elles produisirent le matériel de guerre alors que les hommes étaient partis au front.

Quel était le contexte ?

Lors de la Seconde Guerre mondiale, une campagne de presse fut lancée aux Etats-Unis. Cette dernière avait pour objectif de convaincre la population que les femmes pouvaient participer à l’effort de guerre. Il fallait donc montrer qu’elles pouvaient tenir des postes en usine ou sur des chantiers de construction de bâtiments.
Dans ce cadre une autre Rosie La riveteuse fit la couverture du Saturday Evening Post du 29 mai 1943. C’est le célèbre illustrateur Norman Rockwell qui la conçut. Il prit alors pour modèle une ouvrière qui s’appelait Geraldine Hoff Doyle.
Dans cette illustration on voit une jeune femme piétiner Mein Kampf en mangeant son sandwich. Un énorme pistolet à rivet est posé sur ses genoux ainsi qu’une boîte de déjeuner où est inscrit le prénom « Rosie ». Norman Rockwell s’inspira également d’une chanson composée par Redd Evans et John Jacobo s’intitulant Rosie the riveter.

Confusion sur le modèle de l’affiche »We can do it »

Les deux illustrations de Norman Rockewell et de J. Howard Miller présentent de nombreuses similitudes. C’est sans doute la raison pour laquelle, lorsque l’affiche « we can do it » fut ressortie des archives, on lui associa le nom de l’ouvrière Geraldine Hoff Doyle.
Mais, à partir de 2010, le professeur James J. Kimble de l’université américaine de Seton Hall mena une minutieuse enquête. Cela le conduisit à retrouver un cliché publié dans la presse en 1942. Et sur cette photo figurait une certaine Naomi Parker Fraley. La jeune femme était alors âgée d’une vingtaine d’années. elle portait un foulard à pois pour retenir ses cheveux. Elle travaillait sur une machine d’une usine d’équipement militaire à Alameda en Californie.

Naomi Parker Fraley a donc ignoré, presque jusqu’à son récent décès, qu’elle était l’inspiratrice probable du créateur de l’affiche J. Howard Miller. La vraie Rosie la riveteuse a donc connu une notoriété plus que tardive.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s